RESEAU

mercredi 26 février 2014

Vincent Borel

Vincent Borel : Né à Gap en 1962, il hérite de son grand-père, républicain espagnol et mélomane, sa passion pour l’opéra. Étudiant en khâgne, puis en lettres à l’université d’Aix-en-Provence, il hante les coulisses du festival d’Art lyrique et fait de la figuration dans plusieurs opéras.
En 1985, il arrive à Paris où, enchaînant les petits boulots le jour, dont celui d’aide-soignant, il découvre la nuit parisienne, les raves, la techno, la trance. Cette expérience donnera lieu à l’écriture de son premier roman, Un ruban noir (Actes Sud, 1996). Il entre rapidement comme journaliste à 7 à Paris, puis rencontre en 1988 Jean-François Bizot, qui l’embauche à Actuel et qu’il suivra à Nova Mag, avant de devenir lui-même rédacteur en chef du magazine en 1998. 1998 est aussi l’année de publication chez Actes Sud d’un récit autobiographique, Vie et mort d’un crabe.
À partir de 1999, Vincent Borel se plonge dans les XVIe et XVIIe siècles avec un projet de transcription de la Bible de Lefèvre d’Étaples, d’innombrables lectures et, toujours, sa passion du baroque nourrie par un goût immodéré pour les musiques du Grand Siècle. Il publie en 2002, chez Sabine Wespieser éditeur, un roman inspiré de la vie du compositeur Jean-Baptiste Lully, Baptiste, qui bénéficie d’une très bonne réception critique et obtient, en 2003, le Prix des Muses catégorie récit.
Suivent, en 2004 et 2006, Mille regrets et Pyromanes, toujours chez Sabine Wespieser éditeur.
Il entre en 2005 à France musique comme chroniqueur et collabore régulièrement à Classica, Opéra magazine et Géo.
En 2010, paraît Antoine et Isabelle, dans lequel il allie, avec une grande maîtrise, roman familial, fresque historique et questionnements contemporains. Ce sixième roman – le quatrième chez Sabine Wespieser éditeur –, figure sur la première liste du Goncourt et reçoit la même année le prix Laurent Bonelli (Lire & Virgin Megastore) et le prix Page des libraires. Cette immersion dans la mémoire familiale et l’histoire de ses grands-parents républicains pousse également Vincent Borel à demander – et obtenir – la nationalité espagnole.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire