RESEAU

mercredi 6 août 2014

Paris-Laragne

La vie est ce fleuve
qui passe vite,
écarlate,
intrigué,
dément.
Du quai, impuissants,
on voit passer
les bateaux-mouches
avec des gens dedans.
Le temps continue.
Roule.
Tempête.
Se calme.
Sur les plages,
bronzent des oreilles
tranquilles,
percées de boucles
dociles.
Dans la tasse
dans les mains
dans la tête
le lait mousse
en ondes blanches
subtiles.
On boit.
Plus loin,
la chouette attend,
suspend son cri,
plane dix mètres
et reprend.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire