RESEAU

vendredi 4 avril 2014

Ad vitam tuam


Tant qu'il y aura des rivières,
rouleront les galets.
Pierres qui rêvent
au loin de moi
s'en vont.
Les mains dans l'eau glacée.
Toujours un peu plus loin.
A fleur de peau caressent
mon cœur en-liquéfié.
Mémoires vives
des sirènes allongées,
peignant amoureusement
leurs cheveux d'algues bleues.
La fille dans le miroir
qui coule
ne me ressemble pas.
La fiancée des vents
a trouvé son bel oranger.
Ce sera mieux avant.
Je te rejoins.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire