RESEAU

vendredi 4 avril 2014

Portées par le vent


L'enfant souffle.
Le pissenlit hésite,
s'ouvre et puis s'envole.
Chemins de l'enfer et du paradis.
L'enfant rit.
Balade au bout du monde
des semences mouvantes.
Je les regarde,
lui et le pissenlit.
J'imagine...
des idylles mystérieuses
portées par le vent.
L'âge de non raison.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire