RESEAU

mercredi 25 juin 2014

Chançon de mariatge


Voici une chanson qui provient de l'enquête " Fortoul ".
Sur une des pages est portée la date du 12 janvier 1852.
Le collecteur ajoute que " cette chanson  a été composée, par Pierre Ferrier, de " La  Tuillièrère", hameau de Saléon, à l'occasion de quelques mariages qui devaient se faire dans le hameau."

Il relate sur d'autres feuillets  quelques contes et historiettes, mentionne des usages relatifs au mariage.
"Jeux de la veillée à Saléon : on fait deux rouleaux de chanvre, qu'on enveloppe de papier, après on les dresse sur une chaise, après quoi on y met le feu. Si, en brûlant, les rouleaux tombent l'un sur l'autre, cela pronostique un mariage."

Et, si, par miracle, ce pronostic s'est avéré exact.....

Se fai plusor mariatges
Din aqueste paìs
Es un badinatge
Que chascun ne ris.

Aiçò es çò que ne chau
per garnir l'espitau
D'una pòrta a l'autre
Donnatz nos un pauc.

Filhas de la toriera
Vos chacrinetz pas
Quand vòstre mariatge
Ne'n passaria pas.

Aqueu de Cabassum
Benlèu passarè pron
Ai auvit de novèlas
Que ditz pasde non.

S'enamèm vèrs Margoton
D'estiani si n'a pas passat
Aquò n'es l'encausa
L'argent a manqua.

Quand venrè lo bon temps
De teules pastrarem
Alora porm dire
Que se mariàm.

S'enamèm vérs la cadeta
De l'Abelhon
Que nes tan braveta
S'apela Suson.

A pas volgut dire de oui
Ambe lo Joan d'Enric
Ditz que ne vòl un autre
Que siaja plus polit.

La plus estonaa
Es aquelade Gargàs
Dison qu'es tròp paura
Per aqueu bèu mas.

A desenemies
Dedins lo pais
Dison qu'es bergiera
Garda las brebis.



Chanson de mariage.

Plusieurs mariages se font
Dans ce pays
C'est un badinage
Dont tout le monde vit.

Ceci est ce qu'il faut
Pour remplir l'hôpital
D'une porte à l'autre
Soyez généreux.

C'est le bon Dieu
Fils de la Tourrière
Ne vous chagrinez pas
Quand bien même vôtre mariage
Ne se ferait pas.

Celui de Cabassun
Peut-être se fera-t-il
J'ai entendu dire
Qu'il ne disait pas non.

Allons chez Margoton
Si Destiani n'est pas v'nue avant
En voici la cause
L'argent m'a manqué.

Quand le bon moment sera venu
Nous pétrirons des tuiles
Alors nous pourrons dire
Qu'ils se marieront.

Allons chez la cadette
De l'abeilloun
Qui est si gentillr
On l'apelle Suzon.

Elle n'a pas voulu dire oui
Au Jean d"Henri
Elle dit en vouloir un autre
Qui soit plus joli.

La plus morose
Est celle de Gargas
On dit qu'elle est trop pauvre
Pour ce beau mas.

Elle a des ennemis
Dans le pays
Ils disent qu'elle est bergère
Elle garde les brebis.


Source : " De vive voix
                Les chansons d'ici
                les Pays du Buëch "
Conseil général des Hautes-Alpes.
Collection dirigée par Olivier Richaume.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire