RESEAU

samedi 28 juin 2014

Le carré des eaux

Le carré des eaux
a quitté ses hardes d'hiver.
A enfilé sa robe d'avril,
ne te découvre pas d'un fil...
Mais, avant mai, laisse ton esprit dériver
vers les sources en amont.
On pressent un soupir,
On découvre le bruit de l'eau
qui sinue entre les galets.
S'évade en sautant quelques pierres.
Accepter le paradis,
ouvrir les bras aux dons de la terre,
ses couleurs ferment l'horizon.
La prêle se hisse,
chevelure de mariée sauvage
au premier réveil.
Bleu des fleurs nourrissonnes.
jaune des genêts, timides encore.
Naïveté.
Nouvelles amitiés, autres que celles des hommes.
Les yeux d'or du chien
reflètent le ruisseau.
Il boit,
dans le frais jusqu'au poitrail,
mouillé et satisfait.
Partout, des souvenirs amis.
Traces de chevreuils,
de sangliers,
en forme de cœur,
enfoncées dans le sable.
Confidences.
Empire secret.
Abîme vertigineux de l'imaginaire,
en toute noblesse et toute religion.
Le païen tout puissant
sommeille.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire