RESEAU

mardi 17 juin 2014

Over the rainbow

Fragments de bitume morcelés
devant mes pieds.
Fin de marché.
Une écaille de poisson
verte et bleue
saute sur mes sandales,
s'accroche désespérément
à mes ongles
que ce matin
j'ai peints en violet.
Ça fait quoi ?
Ça fait le début d'un arc-en-ciel
qu'il faut continuer.
Vert, bleu, violet... rouge ?
Rouge, la cerise
en équilibre entre les lèvres
gourmandes,
qui n'osent croquer
ce révolutionnaire baiser.
Orange, le quartier de fruit
qu'on éclate,
le jus qui coule
en caresses longues
jusqu'à la gorge.
Jaune, l'obèse indolent
et peinard
qui nous divulgue
sa divine
lumière
même quand on n'en veut plus
même quand on n'en peut plus.
Après...
Blanc.
Blanc, ça n'existe pas.
Le blanc est une absence de couleur.
C'est bien une absence.
« Madame X est aux abonnés absents. »
Excusée.
Elle est partie chercher le noir
toute seule.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire