RESEAU

samedi 28 juin 2014

Vertige

Je me suis ensauvagie,
pieds nus dans la colline.
La marne qui s'écroule
laisse un sable doux.
Naïveté des sens
dans le soleil brûlant,
son odeur de vent.
Les genévriers griffent.
J'étale le sang
en peinture de guerre.
J'ai cinq ans.
Alors, comme un jeune chêne,
je fais des feuilles.
Douceur précaire de l'heure,
bonheur sans parure.
J'écrase le thym,
le suc de la roche
et me couche en étoile
pour voir tourner le ciel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire