RESEAU

vendredi 6 juin 2014

Omaha beach


Hubert Denys est membre de l'association « les Fleurs de la mémoire ».
Il met la poésie et les mots au service du Jour J


Je vous écris, chère Maman et cher papa
En ce 6 juin 44, du fond d'une barge
qui fonce à pleine vitesse vers OMAHA
Dont nos apercevons, au loin, la plage .

Je suis là, avec mes camarades,
Sur les vagues d'une mer en colère,
Beaucoup d'entre nous sont malades
Et d'autres récitent une prière.

Les obus tombent déjà autour de nous,
Avec nos casques nous devons écoper
Nous savons tous que pour beaucoup,
Ce jour naissant sera le dernier

Je ne sais pas de quoi va être fait ce jour
Mais l'atmosphère n'est pas de bonne augure,
La mort brutale rôde tout autour
Et nous n'espérons rien de bon pour le futur.

Nous sommes tenaillés par les crampes,
Le froid, l'eau, l'immobilité et la peur
Nous redoutons l'instant où s'abaissera la rampe
Car il pourrais bien être celui de notre dernière heure.

Comment vais-je me comporter ?
Serais-je un lâche ou un héros ?
Je me permets en ce moment d'en douter
Et cette seule pensée me glace les os.

Si, en ce jour funeste, je dois tomber,
Sur ce sable pour ne pas me relever,
Faites en sorte que nous ne soyons pas oubliés
Car nous luttons pour la Liberté

Si, pour moi, tel est le destin,
Ne pleurez pas si par un beau matin
On vous apporte un drapeau américain
C'est que sur moi, DIEU aura étendu sa main.

En attendant cher père, chère mère
Recevez de votre fils bien-aimé
Qui part en ce moment vers l'enfer,
Ses plus tendres et affectueux baisers.


Hubert Denys



Aucun commentaire:

Publier un commentaire