RESEAU

vendredi 30 mai 2014

Apostrophe

« Hé, toi ! oui, toi, le lecteur ! toi, là, qui as le nez plongé dans ton
bouquin ! C’est à toi que je parle ! tu ne me vois pas mais moi je te
vois ! et tu pensais peut-être que je ne t’avais pas remarqué ?
Franchement, tu crois que c’est prudent de lire en marchant ? C’est le
meilleur moyen pour faire la rencontre inopinée d’un réverbère ou
éventuellement heurter un passant. Sans compter que tu te prives du
spectacle improvisé que ne manque pas de t’offrir jour après jour
cette petite ville de province que tu traverses sans même y prêter
attention. Heureusement que je suis là ! tiens, là, juste sous ton nez :
je suis prêt à parier que tu ne l’avais pas vu le grand malabar en train
de râler dans sa voiture. Mets-toi un peu à sa place aussi, peut-être
qu’il a une bonne raison d’être pressé ! et tu as vu son bras qui sort
par la portière ? Ah, reconnais-le, un tatouage comme ça, tu n’as pas
dû en voir souvent ! en plus, tu devais être sacrément plongé dans ta
lecture pour ne pas entendre le raffut qu’il est en train de faire ! oui, je
sais, ce n’est pas très gentil de s’en prendre ainsi à une personne du
troisième âge. Quant au vocabulaire, qu’est-ce que tu veux, c’est les
jeunes d’aujourd’hui, ça…
Bon, allez, tu peux reprendre ton bouquin : le grand malpoli vient
de forcer le passage au rond-point. Je te conseille tout même de lever
les yeux un instant pour traverser l’avenue… entre nous, tu ne serais
pas mieux installé sur un banc pour poursuivre ta lecture ? Pourquoi
n’irais-tu pas t’installer tranquillement à la Pépinière ? oui, demain, si
tu veux, après tout c’est toi qui décides… C’était juste un conseil
amical. et va savoir si te promener dans ce coin-là ne te donnera pas
l’occasion d’observer un nouveau petit spectacle de rue… Non, non,
je ne t’en dis pas plus, je ne vais certainement pas te raconter la suite,
à toi de faire ton boulot de lecteur, j’en ai déjà assez fait comme ça. »

"Zizanie sans le metro. Fantaisies, pastiches et Parodies"
Jacques Bretaudeau. Editions du Buëch 2013.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire