RESEAU

lundi 12 mai 2014

L'exil


L'histoire d'un oiseau
sous les paupières closes.
Le soleil.
Il veut s'échapper.
Rouge et orange, il se débat.
Rouge et orange, il crie dans sa prison ronde.
Il entend la rivière.
Il a soif.
Le vert l'appelle.
Pour rien.
Les paupières sont scellées,
ensablées de paresse.
Se recueillent à la source
des larmes intérieures.
L'oiseau boit.
Des fragments de remous,
engourdis, silencieux,
quittent la parole.
La greffe prend.
Elle s'enracine dans l'iris,
s'en-bourgeonne,
se pollinise.
Maintenant,
l'oiseau a des fleurs sur les ailes,
un cœur de jungle qui bat dans l'exil
du cœur,
des pattes souterraines et profondes
qui plongent dans le néant
des rêves de fraîcheur.
Le sommeil.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire