RESEAU

mardi 6 mai 2014

Des cathédrales pour les hommes bâties

Des cathédrales pour les hommes bâties Et la pierre du bonheur élevée Je ne veux plus de Dieu ; mais que ces lumières sont belles et ces lieux pleins de quiétude où vient mourir un chant d'espoir Lieux de lumière et de lyrisme

Les Dieux qui tombent Aux pluies bienfaitrices des vitraux verts Cet océan qui lévite dans le ton des voix chorales Les hommes s'élèvent d'eux-mêmes, leurs bras levant leurs croix Majesté de leur bouche, miel de leurs yeux brillants à ces feux que les colonnes et les bougies renversent

Ombres, paix et douceurs inquiètes Feux qui forment, dans les bras de ce Christ si humain Feux des mains des hommes Qu'est-il besoin de Dieu aux visages beaux de ces ébénistes Ils sont eux-mêmes une souffrance Et portent les stigmates de leur apaisement Sur la croix des jours qui passent et se délitent

Ils sont eux mêmes une souffrance pleine d'orgueil Dans leurs gestes de piété et d'amour Que besoin de pitié quand leurs corps s'enlacent Que leurs yeux se noient aux tendresses Aux attachements

Que besoin de Dieu pour ce soleil qui brille entre les murs Que besoin de Dieu pour ces fontaines gothiques Que besoin de Dieu à ces colonnes qui supportent elles-mêmes la force des hommes Dans les lèvres qui se referment sur des mots de gentillesse

Il se crée un artifice au milieu des colonnes Un soleil animiste Dans la cire des bougies le visage émacié De l'homme qui pleure et sur son épaule la main de Dieu Qui n'est celle que de son cœur meurtri, des cathédrales pour les hommes bâties

Il est une méditation qui ne craint pas de religion...


Julien B.

La Batie-Neuve,

Hautes-Alpes.








Aucun commentaire:

Publier un commentaire