RESEAU

mardi 6 mai 2014

Un bon début

Il n'était pas du genre à rire des sujets sérieux et il prenait peu de thèmes à la légère.

Son entourage le disait plein d'ambition mais dénué de ce grain de folie qui fait le talent. Il visait les étoiles et n'atteindrait que les cumulus. Les gens qui le connaissait bien le trouvaient prétentieux, insipide voire normopathe, ceux qui le côtoyaient de loin ne cherchaient même pas de mots pour le définir. Dans la vie, notre temps de pensée est limité, alors autant l'utiliser à bon escient.

Sa vie, réglée comme une partition d'orchestre philharmonique, ne souffrait d'aucune fausse note, d'aucun contre-temps. Activités cloisonnées, relations chorégraphiées, sommeil minuté. Il ne se souvenait jamais de ses rêves; pas la moindre image loufoque ne lui venait au réveil.

Son code vestimentaire aurait pu être sans goût, pourtant ses tenues étaient impeccables et raffinées. Le mérite en revenait essentiellement à un des vendeurs de sa boutique fétiche, celui qui voit toujours juste, le jeune aux cheveux bruns.

Si l'on se payait le luxe d'examiner son enfance, on retrouverait un beau complexe social, un père exigeant et distant, une mère bienveillante et dépressive, un intérêt exagéré pour les jeux de société et une incapacité à perdre avec panache.

Adolescence frustrée, plusieurs conquêtes avortées, et désir de revanche.

Comme à son habitude, il marchait dans la rue qui le conduisait vers son lieu de travail, un cabinet qui regroupait des pointures dans le domaine de la finance lorsque soudain

01/01/11

Alicia C.

Villeneuve,

Puy de Dome









Aucun commentaire:

Publier un commentaire