RESEAU

mardi 6 mai 2014

La mélancolie, ce bonheur d'être triste

C'est une maison en bord de mer où lui tente de soigner sa mélancolie et où elle tente d'approcher son cœur. Il fait de longues promenades de fuite et de douleurs éteintes, particulièrement au soir, lorsque la lumière devient orange et le sable violet. Le long vol des oiseaux, la hauteur des vagues, le va-et-vient des courants entre le soir et la mer, tout cela a quelque chance d'apaiser son cœur. Ce qu'il ressent ce n'est pas vraiment le malheur, non, mais ce n'est pas la joie non plus. Les choses, sitôt qu'il commence à trop entrer en elles, le dégoûtent, ne lui semblent que molécules sans poésie. Elle pense à lui, sa conviction s'épuise. Comment aimer un homme qui a toujours les yeux ailleurs ? Il se dégage de ses bras dans la maison en bois. La mort ne le tente pas, il aime la vie, le problème n'est pas ici. Derrière son obstination à aimer les choses et les hommes il y a cette incapacité à pouvoir les toucher, à s'intégrer en elles. Il ne ressent pas assez la réalité et ce n'est que dans le malheur qu'il acquiert une lucidité. La haine fait frémir les cœurs que n'agite pas l'amour. Ils habitaient un appartement dans une ville du sud, mais la ville l'épuisait alors qu'elle aime les cinémas et les places vibrantes. Il ne fuit pas les lumières mais elles ne s'accordent pas à son humeur. Elles lui échappent. Elles ne brillent pas en lui.

"Tu as les yeux lourds mon amour -Je n'ai pas le cœur léger -Tu as le dos courbé -Je suis bossu de ton corps sur mon dos -Tu es dur comme un coquillage -Mais je ne chante plus à la mer"

Les questions par lesquelles elle tente de le comprendre ne reçoivent que des soupirs. Elle ne s'y prend pas mal ; elle ne pourrait s'y prendre autrement, mais elle s'accuse au fond d'elle, ce qui en somme est légitime. Il pourrait lutter davantage mais se laisse bercer par la mélancolie. Elle est facile comme le sable qui recouvre le bout des pieds : on la laisse là avec son contact mouillé et son odeur de sel, parce que, quelque part, elle fait du bien et il le sait, un peu honteux de lui-même. L'âme qui dérive, sans amarres.

Julien B.

La Batie-Neuve,

Hautes-Alpes.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire