RESEAU

mardi 6 mai 2014

Muchbidule Crocodile croquait le serpent loup, mais le serpent loup citronnait le citron.

Muchbidule Crocodile croquait le serpent loup, mais le serpent loup citronnait le citron. La chèvre qui passait par là tombe amoureuse du crocodile. Un voleur avec un chapeau rose sur la tête se fit citronné à son tour par un citron. C’est ainsi que le voleur transforma une mouche à neige en tableau. La chèvre était amoureuse du crocodile parce qu’il avait acheté des lunettes Classe dans un magasin. « A moi Pull », crie l’abricot au narrateur de l’histoire. Le narrateur rencontre le chat en lumière. Le chat en lumière est accompagné du loup mangeur de flocon. Le Looping chantait… Pomme poire patati-patata Patati-patata. La poule qui voulait voler Il était une fois une poule qui était triste. Tous les matins un petit oiseau venait chanter et voleter devant elle. Un jour, il se posa près d’elle et lui demanda : « Pourquoi tu me regardes tout le temps ? » La poule lui répondit : « Car je veux voler, apprends-moi ! » « D’accord, mais je te préviens cela va mettre du temps », lui répond l’oiseau. Donc un jour passa, une semaine, un mois… Au bout d’un mois la poule arriva à voler. Alors depuis ils font le tour du monde. Je crois même qu’ils racontent aux enfants leur histoire. 

 Deux marionnettes Près de la rivière une poule chante A qui veut l’entendre, Cachée derrière une herbe, Une araignée l’applaudit. Du haut de son long cou, Une poule chante son amour Pour le hamster à la voix de rossignol. Le papillon dans les nuages Il était une fois un papillon très farceur. Il s’amusait beaucoup avec les autres, il faisait plein de blagues. Mais un jour, quand il fit sa blague, les autres papillons ne rigolèrent pas, ni les jours suivant. Le papillon farceur décida de partir très loin. Il prit son baluchon, mit trois gouttes de A, plein de B et toutes les autres lettres de l’alphabet. Il partait en vélo volant, son vélo fonctionne à lettres. Il s’arrêta dans un champ abandonné, construisit une cabane, et pour boucher les trous y glissa quelques lettres. Il fit sa vie ici, il mourut un jour après. C’était peut-être encore une de ses blagues… Mais en fait non. Des nuages rieurs aperçurent la cabane dans le champ, ils n’en avaient jamais vu. Ils s’approchèrent, et virent le papillon mort. Ils le prirent pour l’amener au roi des nuages, qui d’un souffle léger redonna vie au papillon. Le papillon farceur vécut encore très longtemps et s’amusait beaucoup avec les nuages rieurs, ses blagues marchaient à tous les coups. Mots à 3 voix Goûte goutte Mange mange Brui brui Soleil soleil Cui cuit Quoi quoi C’est froid ? Non c’est chaud Quoi ? Goûte cette goutte. a La feuille magique J’ai pris une feuille Je l’ai posée sur la table, Je l’ai regardée Elle s’est mise à faire des triangles Elle a fait Tac Tac Elle disait Oh Oh Il y a une autre feuille brillante Et elle se met à plat. Clap clap Un vendredi à l’atelier des mots Le livre vert a sauté de la table Il est arrivé vers nous, Il s’ouvrait, il se fermait Il était plus gros qu’avant. Il s’est mis à nous raconter des histoires Et puis il est resté muet Sauf quand Romane et Chloé sont seules dans la salle avec le livre. a Un oiseau multicolore Il était une fois un oiseau qui était tout gris, tout noir ou tout blanc. Un jour, il vit très loin dans les buissons un lapin multicolore. «Tu veux bien me prêter tes couleurs ?» «Oui je veux bien, mais alors tu vas me chercher 5 carottes au jardin.» L’oiseau vola jusqu’au jardin, prit 5 carottes et s’en alla voir le lapin. Alors le lapin lui dit : «Je vais te prêter toutes mes couleurs, te montrer où elles sont. Quand tes couleurs retomberont tu sauras alors quoi faire.» L’oiseau était d’accord, le lapin lui donna ses couleurs et partit en compagnie de l’oiseau chercher d’autres couleurs. Ils montèrent un volcan, descendirent dans son ventre et là… Des couleurs apparurent, il y en avait des milliers. Le lapin prit les couleurs qu’il voulait. Les 2 compagnons sont repartis très heureux. C’est

depuis ce jour, que l’oiseau s’appelle l’oiseau multicolore. Le livre à mots Un papillon faisait de la natation dans une fleur au soleil, Il mit un pétale au-dessus de l’eau et plongea. Rien ! Juste un poisson rigolo qui décolle. Une colle se jette sur le poisson rigolo, lui colle un bâton sur le ventre et le laisse griller au soleil. Un ciseau qui faisait son footing se précipita sur le poisson et le coupa en mille morceaux ; Tout à coup, un arbre se penche et mange le poisson. Une gomme arriva et gomma l’arbre ; La Terre descendit et gronda la gomme : «Pourquoi t’as gommé mon arbre préféré, mon ami ?» La Terre met ses lunettes et retourne chez elle en galopant. Ploum … Ploum… a Si j’étais… Une gomme, je gommerais tout le monde sauf mes animaux préférés. Si j’étais une lunette, j’enlèverais tout le monde sauf mes amis. Si j’étais une lune, j’enlèverais toutes les feuilles, les lancerais dans le ciel pour former un arc-en-ciel. J’étais un crayon J’étais v, b, t Je faisais danser les lettres, J’inventais des mots, J’étais surtout bavard Bav art… dard à je Je me demandais où je trouvais ces mots Nenni Je suis… image… inaire. a J’étais un champignon, J’étais une abeille, J’étais une tête imaginaire, J’étais une note de musique, Je suis imaginaire. Si j’étais… Un crayon, J’enlèverais toutes les boîtes, Toutes les feuilles à papiers, J’écrierais tout sur la table. Si j’étais une boîte, J’aimerais être un pinceau, Si j’étais un rideau, Je cacherais tout le monde, Sauf mes feuilles qui écrivent bien. a Théo, Non c’est Pot, mon copain, Tu vas écrire aux Poteaux Eh ! tu vas chercher des Potes. 

 Des animaux ? Plipoux m’a vu aller dans sa maison Tilou a fait de la guitare Pilou mange Tricotine fait du cerf-volant Mimi a été à la patinoire Dans mon échelle j’ai vu des souris Cacao a des tatouages qui s’enlèvent sous l’eau. Ils montent à l’échelle… Grimpent… grimpent… Ils grimpent plus haut que les toits Plus haut que la lune Plus haut… Mais où allez-vous ? On va dans notre pays imaginaire. a «Marmite, as-tu deux T ? Tu sais, des lettres j’en ai plein, Ecoute… Dans ma marmite à lettres, Tu peux écrire ce que tu veux, Des mots, des phrases, Ça bouillonne d’histoires dans cette marmite.» a La lune et les étoiles La lune est pas pareille que les étoiles Quand le soleil se couche, Les étoiles et la lune se lèvent de bonheur. La lune parle aux étoiles S’amuse tout le temps La lune part en voyage. Petite intermède : histoire d’un jour d’atelier Le festival des mots, nos débats philosophiques Un jeu que les enfants ont découvert, apprécié, redemandé. Ecrire sur un papier (si on sait pas écrire on demande à quelqu’un) Un mot au hasard, sans réfléchir. On commentait, on s’écoutait, on faisait une histoire vraie, fausse, On disait rien… on s’exprimait, on s’amusait !!! - Mot “fête” Je préfère faire la fête plutôt que l’atelier. Pas de problème, fais la fête. - Mot “piscine” Cela me fait penser à l’eau de mer, j’aurais pas à nager. S’il y avait les vagues de la mer, elles m’emporteraient en Italie. - Mot “cochon d’inde” C’est quoi ce mot ? - Mot “dessin” ça me fait penser à un papier où il n’y a rien dessus - Mot “super” Alors, alors, ça me fait penser à rien “- J’aime ce jeu parce que : les enfants ont bien voulu répondre. - Le jeu est bien car il y a plein de mots à lire. Il y a des histoires, j’aime les histoires. - J’aime le jeu, les mots, les histoires. - J’aime l’atelier des mots, on fait plein de choses, écrire des histoires, des lettres, ce qui est le mieux pour moi, c’est écrire à la plume. - J’adore le jeu, les mots, j’adore ce jeu des mots, les histoires. - J’aime ce jeu, je connais les mots parce que j’ai aidé à préparer le jeu et c’est ça qui m’amuse.” « Nacoli le ouistiti, Tinquen le lapin, Ricyl l’escargot avec sa crête sur son dos, Linepeau le crapaud, Biaut le lama qui parle très haut, Caelmi le chien qui se déguise en pie, Ciatripa la doyenne hibou rasta, Se réunissent pour laisser s’envoler à tous vents l’imagination. De leurs plumes, ils écrivent, noir, bleu, rouge ou vert, Sur des feuilles de toutes les couleurs. Les lettres libèrent des personnages… » Soudain, le Vent souffle d’un air coquin Sur les encres qui se mélangent Pour se déguiser en arc-en-ciel sur l’horizon. Une feuille passe le vallon et tombe à l’eau, Se dirige vers un torrent multicolore, Alors, un arbre tend sa branche Où la feuille vient s’asseoir finir son histoire.

Histoire écrite par les enfants de l’atelier des mots en 2007 Dans le rôle de Nacoli (Nicolas) ; Tinquen (Quentin) ; Rycil (Cyril) ; Linepeau (Pauline) : Biaut (Thibault) ; Caelmi (Michaël) ; Ciatripa (Patricia) A l’atelier des mots, une longue histoire était sur le point de s’écrire, nous ne le savions pas. Certains n’avaient que 3 ans en arrivant, ils sont partis à 8 ou 9 ans. A l’atelier des mots, des amoureux des mots et des plumes plongent dans l’imaginaire, chacun y trouve son échelle, ouvre sa fenêtre et laisse s’envoler les mots pour déposer délicatement sur le papier du bout de leur plume… l’immensité d’eux-mêmes. Merci à tous les enfants qui sont venus se tacher les doigts, faire des taches sur le papier, renverser une bouteille d’encre… Vous avez osé vous exprimer, pour certain cela a pris du temps, mais vous êtes revenus, silencieux vous écoutiez ceux qui laissaient sortir les mots… puis votre tour est venu. Certains sont restés longtemps, d’autre moins, mais tout ce que vous y avez fait, dit, écrit, dessiné restera la plus belle histoire que l’on m’a racontée. Tous ces mots sont à vous, laissons les s’envoler, merci pour ce beau voyage. Patricia « Les mots sont des images, les lettres des personnages » ici à l’atelier tout le monde le sait. « Monsieur Fête ne sort jamais sans chapeau Surtout quand il invite Madame Fête Qui se coiffe toujours d’un chapeau sur le E. »


Aucun commentaire:

Publier un commentaire